Enola Holmes

Cela fait plus d’un an que ma mère a disparu m’abandonnant à l’autorité de mes frères, mycroft et Sherlock Holmes, qui souhaitent m’expédier en pension pour faire de moi une lady. Une année donc que je leur échappe, parvenant à couvrir mes traces en multipliant déguisements et pseudonymes. En ce matin fatidique de juillet 1889, alors que j’étrenne une nouvelle fausse identité, je reçois à mon bureau de « spécialiste en recherches – toutes disparitions » la visite d’un duc espagnol effondré par l’enlevèment de sa femme.

Enola Holmes

Métro Baker street

de Nancy Springer

éditions Nathan

13,90 euros

Publicités

0 Responses to “Enola Holmes”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Pour recevoir nos articles dans votre boîte mail !

Devenez ami de la Sardine sur facebook

%d blogueurs aiment cette page :