le vent dans les saules

Ils sont quatre aventuriers plus ou moins pantouflards et ordinaires du monde animal à vivre l’aventure quotidienne de la vie. Il y a les deux amis, Rat et Taupe, le sage et bourru Blaireau et l’entêté, vaniteux et totalement irresponsable Crapaud par qui tout ou presque arrive. Ces quatre-là s’émerveillent, suivent les saisons, le cours de l’eau et racontent en un livre magique tout ce qui fait le prix de l’existence : peur, amitié, désir d’ailleurs, perte, abandon, espoir…
Quelle joie si vous n’avez pas encore lu ce livre Le Vent dans les saules !

Un livre à lire absolument, publié en 1908, il vient de ressortir chez Phébus.

Traduit de l’anglais par Gérard Joulié
Préface d’Alberto Manguel

Écossais bon teint issu d’une grande famille de l’aristocratie, Kenneth Grahame, né en 1859 et mort en 1932, fut à la fois Secrétaire de la Banque d’Angleterre, mais surtout en littérature le seul alter ego crédible de Lewis Carroll. Orphelin élevé par sa grand-mère au fond des parcs, gamin sauvage en dépit d’une carrière brillante dans la finance, il a laissé avec Le Vent dans les saules un classique à part entière traduit dans presque toutes les langues.

Le vent dans les saules

de Kenneth Grahame

Phébus

Publicités

0 Responses to “le vent dans les saules”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Pour recevoir nos articles dans votre boîte mail !

Devenez ami de la Sardine sur facebook

%d blogueurs aiment cette page :