Posts Tagged 'Daniel Clowes'

une saison américaine

Pour les parents, qui aiment la bande dessinée, voici trois grands auteurs américains, incontournables :

 

C’était comme une horrible partie de chat … On finit par découvrir qu’il s’agissait d’une nouvelle maladie qui n’affectait que les adolescents. On la surnomma la « peste ado » et « la crève ». Les symptômes en étaient aussi variés qu’imprévisibles… Certains s’en tiraient à bon compte – quelques bosses ou une vilaine éruption cutanée – d’autres devenaient des monstres ou leur poussait de nouveaux membres… Mais quels que fussent les symptômes, une fois touché, on était « le chat » pour toujours …

 

Black hole

de Charles Burns

Delcourt

 

Ghost world, c’est le monde fantôme dans lesquel vivent Enid et Recca, deux amies qui, au sortir de l’adolescence, posent un regard impitoyable et sarcastique sur la société. Pour elles, une seule obsession, celle du paraître : l’important n’est pas ce que l’on est mais ce que l’on donne à voir. Le quotidien de deux jeunes filles pas comme les autres.

 

Ghost world

de Daniel Clowes

Vertige graphic

 

Bonjour. Je m’appelle Jimmy. Je mesure 1m80, je suis de poids moyen. J’ai des yeux noisette/bleu gris, des cheveux bruns non teints, et une étincelle dans le sourire. Une des bandes dessinées les plus dense qui existe. Un pavé de 4 cm sur un homme Jimmy Corrigan, à la vie morne et triste, beaucoup de petites cases et de détails. Parfait pour lire quand on a du temps devant soi, comme quand on est en vacances.

 
Jimmy Corrigan, the smartest kid on earth

de Ware

Delcourt

 

Publicités

daniel clowes

Avec ce livre construit autour de saynètes parues chaque semaine dans le New York Times, Daniel Clowes donne naissance à un nouvel anti-héros : Marshall, célibataire introspectif et grisonnant, s’apitoie sur son sort et sur celui de l’humanité toute entière qui part à vau-l’eau. Il attend Nathalie, avec qui un couple d’amis bienveillants lui ont arrangé un rendez-vous et dont il est presque certain qu’elle ne viendra pas. Les minutes passent, Marshall est de plus en plus déprimé, de plus en plus saoul et de plus en plus obsessionnel.
Savant mélange d’humour, de tragédie et de romantisme, Mister Wonderful met en scène l’attachement profond de Clowes pour ces personnages esquintés par la vie mais jamais complètement irrécupérables.

(texte emprunté au site :

http://www.cornelius.fr/ )

le rayon de la mort

Andy est un garçon solitaire, sans famille ni copains, un tantinet misanthrope. Accablé par la médiocrité mêlée d’arrogance de ses contemporains et hanté par un terrible désir de vengeance, il se rêve une destinée exceptionnelle. Las d’une adolescence qui s’éternise, indifférent au monde qui l’entoure, il passe le plus clair de son temps avec Louie, son meilleur et unique ami.

Tous deux coulent une jeunesse mélancolique dans une banlieue ordinaire, jusqu’au jour où Louie entraîne Andy dans ses frasques, l’initiant au Punk Rock et… aux cigarettes. Surprise, le tabac semble avoir sur Andy un effet inédit, le dotant soudain d’une force extraordinaire et de pouvoirs mystérieux. Le voilà désormais dans la peau d’un super-héros. Les super-méchants n’ont plus qu’à bien se tenir. Mais où les trouver dans une ville sans histoire et sans ambition…?

Savant mélange d’élégance, d’aliénation et de déconstruction des genres, Le rayon de la mort est le dernier opus d’Eightball, le comic book dans lequel Daniel Clowes créa les classiques que sont devenus Ghost World, David Boring et Comme un gant de velours pris dans la fonte.
En racontant l’histoire d’un criminel avec les artifices du récit de super-héros, Clowes revisite les codes esthétiques de la culture populaire pour en exposer le versant le plus trouble. Hommage et réflexion critique, Le Rayon de la mort met une nouvelle fois en scène l’attachement teinté d’ironie que Clowes porte aux adolescents et à la bande dessinée, fascination synthétisée ici dans une construction parfaite.

À l’heure où les bons sentiments sont valorisés sur tous les fronts, cette pépite éclatante de misanthropie viendra rassurer profitablement le sociopathe qui sommeille en tout un chacun. ( texte chipé sur http://www.cornelius.fr/ )

Le rayon de la mort

Daniel Clowes

éditions Cornélius

16,00 euros

http://danielclowes.com/

 

une bande dessinée pour les adultes

Pistolet à étincelle Zapp Brannigan

pour devenir aussi un super héros

26,50 euros


Pour recevoir nos articles dans votre boîte mail !

Devenez ami de la Sardine sur facebook
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :